Sybille Friedel

Communiqué de PresseReportage: Futur Télé Liban

Article du journal, Al Akhbar. Juillet 2009

Friedel et El Azan se sont rencontrés sous le signe de  la poésie.   Le créateur  du « Fou d’Omar » a placé les oeuvres de Sybille Friedel dans un univers qui incite au rêve, les  accompagnant par des enregistrements vocaux disséminés dans la salle. Ce sont des extraits de poèmes de Fouad Abi Zeid, Adonis,  Etel Adan, Onsi el Hage,  Venus Khoury Ghatta, Fouad Gabriel Nafah, Georges Shéhadeh, Salah Stétié, Nadia Tuéni, Bassam Hajjar, avec les voix de  Nabil El Azan, Anny Romand et Lionel Prevel.

Les « Traces » en question ici , c’est une suite de sensations et d’images captées par l’artiste française au cours de son voyage à Beyrouth en automne 2006. Sybille a dessiné des volumes noirs et gris se détachant sur le fond blanc du papier de riz. Seraient-ce  des individus errants,  des fenêtres ou des pierres effondrées  ou bien encore des gardiens de tombes ? Toute interprétation est  possible. C’est comme si l’on essayait de déchiffrer un alphabet  inconnu. 

En effet, avant d’être sculpteur, Sybille Friedel est calligraphe, spécialisée dans la calligraphie chinoise. En 1983, elle a rencontré le maître coréen Ungue Nu li qui lui a révélé le secret de son art qui la hante depuis. Dans cette exposition, Sybille utilise les outils du calligraphe : l’encre de Chine et le papier de riz. Sa technique en trois dimensions - et le dessin de haut en bas est partie intégrante de cette technique - veut que l’on déchiffre ses symboles sans s’inquiéter du sens. Son travail est un défi esthétique pour l’œil dans sa capacité à épouser la forme abstraite.
Sybille Friedel : 06 80 96 97 63
infos@sybille-friedel.net